VSMPO's CEO: Timet, Aubert & Duval and Wyman-Gordon, our main competitors (Russian)VSMPO's CEO: Timet, Aubert & Duval and Wyman-Gordon,... " We estimate our Market share of about 30%. The main competitor is  TIMET, a number of Japanese and American manufacturers. From the point of view of "Smiths" - a French manufacturer stampings Aubert...

Readmore

Shale-gas revolution spurs wave of new U.S. steel plants (US)Shale-gas revolution spurs wave of new U.S. steel plants... An employee pours molten steel into a casting for a church bell at the Verdin Corp. production facility in Cincinnatti, Ohio, on Nov. 11, 2012. The U.S. shale-gas revolution, which has revitalized chemicals...

Readmore

IFA & Areva Sign MoU to Supply Forgings for UK EPR Reactors (US)IFA & Areva Sign MoU to Supply Forgings for UK EPR... In 2007,  Independent Forgings and Alloys (IFA) Ltd on Livesey Street, Sheffield,  purchased a £2million forging line in order to meet demand and continue the company’s rapid growth. South...

Readmore

IFA improves lifetime and performance of foundry furniture subjected to repetitive high temperatures (US)IFA improves lifetime and performance of foundry furniture... The redesigned pan casings made by Wallwork Cast Alloys for Independent Forgings are engineered to withstand many cycles of heating and cooling. Independent Forgings and Alloys, working with Wallwork...

Readmore

Alcoa Wins Long-Term Siemens Contract to Supply Blades and Vanes for Heavy-Duty Gas Turbine (US)Alcoa Wins Long-Term Siemens Contract to Supply Blades... On the photo (l to r): Ronald Schmidt, Head of Business Administration, Turbine Blades and Vanes, Fossil Products, Siemens; Andreas Fischer-Ludwig, Head of Turbine Blades and Vanes, Fossil Products,...

Readmore

twitter

Airbus Americas Chairman visits RTI’s new facility in Martinsville (US)

06-09-2010

Category : Actualités

Airbus Americas Chairman, Allan McArtor, visting the construction progress at RTI International Metals’ new facility in Martinsville (Credit Photo @ WDBJ7)

Governor McDonnell was joined by RTI International Vice Chair, President and CEO, Dawne Hickton and Airbus Americas Chairman, Allan McArtor, as well as Mary Rae Carter, Deputy Secretary of Commerce and Trade for Rural Economic Development.The new Martinsville compound will focus on the manufacturing of titanium components for aircrafts, most notably for the entire Airbus commercial aircraft fleet in addition to the EADS KC-45 refueling tanker.Construction on two of the buildings at the compound is already complete, and a third building will be completed by the end of the year.RTI International is expected to hire approximately 150 people starting in early 2011.During a press conference at the site, Governor McDonnell noted, “My number one priority is job creation and economic development. That’s why we encourage and support collaboration between our education, business and government communities, much like we’re fostering here with a partnership between the Commonwealth, RTI International and one of its prominent customers, Airbus.  This partnership will create much needed jobs and opportunities for Virginians, especially those here in Martinsville.  This partnership will also enhance the aerospace industry-one that is vital to Virginia’s economic growth and development.  We’re pleased to have this great company here in the Commonwealth and look forward to the completion of their new facility.”Dawne Hickton, Vice Chair, President and CEO of RTI International Metals, Inc. added, “We are pleased to contribute to the economic development of the Martinsville region with the construction of our titanium manufacturing facility.  Governor McDonnell and his administration recognize the importance of a diverse economic base, and the need to provide the right mix of talent and resources to support our hiring needs. We are also fortunate to partner with one of our key customers, Airbus, a leader in the aircraft manufacturing industry.  This partnership enhances our commitment to provide quality titanium mill and fabricated titanium products for the next generation of commercial and defense aircrafts.”Allan McArtor, Chairman of Airbus Americas, commented, “RTI is a strategic supplier to Airbus and critical to both our current and future aircraft programs. We are proud to count RTI among the hundreds of U.S. suppliers on which we rely for top quality craftsmanship. It’s immensely gratifying to see our business have such a positive impact on the economy of American towns, big and small, and with the Governor here today, it’s obvious how important this business is to the people of Martinsville.”RTI International Metals®, headquartered in Pittsburgh, Pennsylvania, is one of the world’s largest producers of titanium mill products and a global supplier of fabricated titanium and specialty metal components for the international market.Through its various subsidiaries, RTI manufactures and distributes titanium and specialty metal mill products, extruded shapes, formed parts and engineered systems for commercial aerospace, defense, energy, industrial, chemical, and consumer applications for customers around the world.To learn more about RTI International Metals, Inc., visit our website at www.rtiintl.com.Airbus is a leading aircraft manufacturer with the most modern, eco-efficient and comprehensive family of airliners available, ranging in capacity from 100 to more than 500 seats.With over 6000 aircraft in service worldwide and a backlog of some 3400, Airbus is a global company with design and manufacturing facilities around the world.In 2009 alone, Airbus spent over $10 billion with hundreds of U.S. suppliers, translating into Airbus support of more than 180,000 American jobs. Airbus is an EADS company.

Source : Gov Monitor

Recent Posts:

La fonderie canadienne Belgen passe sous le contrôle du Groupe Soucy

06-09-2010

Category : Actualités

Le directeur général du Groupe Soucy, Eric Ellyson, explique que la forte croissance des ventes liées aux systèmes de chenilles est venue justifier l’acquisition de la fonderie Belgen de Drummondville.(Credit Photo  : Ghyslain Bergeron)

Jeudi, le Groupe Soucy a officiellement acquis la Fonderie Belgen, une entreprise drummondvilloise spécialisée dans la fabrication de produits de fonte. Selon le directeur général du Groupe Soucy, Eric Ellyson, cet investissement permettra à son équipe de «contrôler une technologie cruciale».Cherchant depuis déjà quelques années à acquérir une fonderie afin d’être en mesure de concevoir lui-même certaines pièces, le Groupe Soucy a vu un grand potentiel en l’usine Belgen, qui faisait déjà partie de sa liste des fournisseurs.«Elle était une candidate très intéressante en raison de son expertise, de la qualité de ses produits et de sa localisation. Dans le passé, nous avons fait deux types d’acquisition : des stratégiques et des sauvetages. Celle-ci fait partie des stratégiques. Pour nous, cela veut dire que nous croyons au potentiel de cette usine et que nous avons beaucoup de projet pour celle-ci. Dans l’ensemble du Groupe Soucy, nous souhaitons que nos équipes techniques collaborent encore plus étroitement, et ce, pour maximiser le processus de développement de produit», précise M. Ellyson, qui a préféré taire le montant de la transaction.Il y a une dizaine d’années, le groupe Soucy a acquis une usine à Sherbrooke (maintenant connue sous l’appellation Soucy Techno), pratiquement pour les mêmes raisons qu’elle a décidé d’acheter l’entreprise Belgen. La volonté de posséder une nouvelle technologie avait été la principale source de motivation du président Gilles Soucy.«Là aussi, nous voulions contrôler des technologies importantes pour nous. Au fil des ans, nous avons investi d’importantes sommes d’argent dans cette entreprise, ce qui nous a permis de créer plusieurs nouveaux emplois», ajoute-t-il, en espérant que ce sera la même chose pour l’usine Belgen.

Une technologie unique

De façon précise, la technologie de l’usine Belgen sera utilisée dans la fabrication de systèmes de conversion à chenilles dédiés aux équipements agricoles.«Ces produits connaissent beaucoup de succès à l’échelle internationale. Cependant, ils incorporent des composantes métalliques complexes où le recours à des pièces coulées est non seulement avantageux, mais inévitables. Dans cet esprit, il est clair pour Gilles Soucy que les besoins futurs du Groupe justifiaient un tel investissement», explique Eric Ellyson.Effectivement, les systèmes chenillés du Groupe Soucy connaissent un tabac à l’échelle internationale.«Malgré toutes les mauvaises nouvelles que nous attendons à gauche et à droite, les choses vont bien chez nous, assure le directeur général. Nous nous rendons compte que tout le monde a besoin de nos produits, même les petits agriculteurs. Partout, nous remarquons une forte tendance liée à la protection des sols. Plus que jamais, les gens souhaitent préserver leurs terres tout en espérant en retirer le meilleur. Contrairement aux pneus, nos chenilles ne compactent pas la terre.»Par ailleurs, Eric Ellyson a fait savoir que le Groupe Soucy poursuit son développement sur les marchés extérieurs. Récemment, un bureau de ventes a été ouvert en Autriche alors que de nouveaux distributeurs ont été nommés en Malaisie et au Japon.En guise de conclusion, rappelons que l’usine Belgen a été fondée par l’homme d’affaires Gilbert Guérette en 1968. Ce dernier conservera d’ailleurs des parts dans la nouvelle entité Soucy Belgen.Aujourd’hui, cette usine située sur le boulevard Saint-Joseph, à Drummondville, compte 70 employés spécialisés principalement dans la fabrication de pièces en fonte grise, fonte ductile et fonte ADI.

Source : L’express

Recent Posts:

Le cuivre du Palais vit ses derniers jours : la fin d’un fleuron de l’industrie

06-09-2010

Category : Actualités

D’ici la fin de l’année, la Fonderie de cuivre du Palais aura probablement fermé ses portes. C’est la fin d’une activité industrielle développée depuis la grande guerre.Elle s’appelle aujourd’hui FCP. Mais au Palais et ailleurs, tout le monde dit encore CGEP, les plus anciens se souvenant même de Cégédur… L’usine, dont la construction avait débuté pendant la guerre de 14-18, va cesser ses activités à court terme. Les quarante derniers emplois sont condamnés.Le métier de la Compagnie générale d’électrolyse du Palais, c’est le raffinage du cuivre par électrolyse pour produire des billettes, et aussi les anodes et cathodes nécessaires à l’électrolyse. L’usine, longtemps considérée comme un bijou technologique, a employé jusqu’à plus de 300 personnes.Mais les blisters, c’est-à-dire le cuivre de première fusion issu du minerai, se sont fait rares sur le marché. Aussi, au début des années 90, le propriétaire, Péchiney, a-t-il conduit un important investissement pour traiter des déchets à basse teneur en cuivre, en récupérant aussi les métaux précieux, dont l’or.Un four à arc ultramoderne a été mis en service. Mais il est arrêté dès septembre 1997. Faute de rentabilité selon Péchiney, mais les mauvaises langues mettaient en cause l’Union minière belge, actionnaire minoritaire qui disposait d’une unité concurrente en Belgique…CGEP comptait encore près de 250 emplois. En moins de deux ans, les effectifs ont fondu, tandis que le site se scindait en deux. Naissait la Fonderie de cuivre du Palais, qui poursuivait l’activité d’électrolyse des déchets cuivreux, mais avec seulement une cinquantaine de personnes. Parallèlement, la société Valdi en rembauchait une trentaine pour développer le recyclage de l’ensemble des déchets métalliques, en valorisant notamment les performances du four à arc.En 2003, Péchiney a été racheté par le groupe Alcan, lui-même intégrant le géant minier anglo-australien Rio Tinto en 2007. Compte tenu de sa très forte position à l’échelle planétaire, Rio Tinto Alcan, probable numéro un de l’aluminium, cherche à l’imposer au détriment du cuivre et de l’acier.Dès lors, il ne reste plus guère d’espace pour le cuivre du Palais. L’usine ne trouve plus sa place dans l’énorme groupe. Il ne lui reste pratiquement plus qu’un seul client, Gindre-Duchavany, qui envisageait de reprendre FCP. Mais la société iséroise a elle-même été rachetée par le groupe Atek qui n’a pas donné suite.Pire : la concurrence est tellement sauvage, notamment avec le cuivre allemand et belge, que FCP a été conduit à dénoncer cet ultime contrat. L’entreprise ne parvenait même plus à imputer les hausses des tarifs du gaz et de l’électricité…

Source : Le Populaire

Recent Posts:

Nicolas Sarkozy will visit today VALINOX (US)

03-09-2010

Category : Actualités

Nicolas Sarkozy French President visting Industeel Arcelor (Le Creusot) in 2008 with Anne-Lauvergon the CEO of AREVA and Adyata Mittal the CFO of  Arcelor-Mittal.

(US)

Nicolas Sarkozy, The French President will visit Today the Valinox’s  Montbard  Plant located in Côte-d’Or . Valinox  is a fully owned subsidiary of Vallourec. Established in 1974, the Montbard plant, produces U-bent tubes and various specialty tubular products made of stainless steels and nickel alloys exclusively for nuclear power plants. Valinox Nucléaire is also head and founding member of the Burgundy Nuclear Partnership (Pôle Nucléaire Bourgogne, “PNB”), a cluster of over 100 companies active in R&D, education and component manufacturing for the nuclear sector.

AA

(Fr)

Le Président de la République se rendra vendredi 3 septembre 2010 à Montbard (Côte-d’Or), pour visiter l’usine VALINOX NUCLEAIRE. A cette occasion, le chef de l’État évoquera les suites opérationnelles données aux États généraux de l’industrie afin d’améliorer la compétitivité des entreprises industrielles françaises.Le chef de l’Etat sera accompagné par Mme Christine LAGARDE, ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi, M. Christian ESTROSI, ministre chargé de l’Industrie et par M. Augustin de ROMANET, président du Conseil d’Administration du Fonds Stratégique d’Investissement.

Programme

10h25

Arrivée de M. le Président de la République sur le site de VALINOX NUCLÉAIRE

Accueil par M. Gérard KOTTMANN, Directeur Général

Visite de l’usine

10h45

Échange informel avec les salariés

11h00

Table ronde sur la politique industrielle de la France

12h00

Signature de la charte pour l’emploi et la gestion des ressources humaines dans la métallurgie en Haute Côte-d’Or en présence du Président de la République.

Source :  Elysee.fr

Recent Posts:

Lorraine : Première des apprentis de l’acier

02-09-2010

Category : Actualités

La rentrée au centre de formation de Yutz est prévue les 8 et 9 septembre, l’inauguration le 5 octobre. Photo Pierre HECKLER

« Tout sera prêt. Et l’on devrait avoir comme prévu une première promotion de soixante apprentis. » Catherine Renaudin chargée de la mobilité et du recrutement chez ArcelorMittal France affiche son optimisme à moins de deux semaines de la première rentrée du centre de formation aux métiers de l’acier à l’espace Cormontaigne de Thionville-Yutz. Il reste encore une place dans la filière BTS et cinq chez les Bac Pro pour compléter les effectifs. Ce centre tout neuf figure en bonne place dans le plan de revitalisation signé l’an passé par le sidérurgiste avec l’Etat et la Région, après l’arrêt de l’aciérie de Gandrange. Le groupe y investit 1,5 M€. Neuf mois après la pose de la première pierre, l’établissement accueillera des candidats à des diplômes de Bac pro (trois ans) ou de BTS (deux ans) à l’issue d’une formation par alternance. Les enseignements dispensés par les formateurs du Cefasim voisin touchent à l’automatisme, la maintenance industrielle, la mécanique, l’électromagnétique, la chaudronnerie, etc. Les apprentis feront les travaux pratiques au sein des unités d’ArcelorMittal en Lorraine. « C’est un réel investissement pour le groupe car les apprentis d’aujourd’hui seront les collaborateurs de demain », expliquait la direction pour stimuler les candidatures au début de l’été. « Les candidats sont d’un très bon niveau. Ils ont été reçus par nos équipes dans une démarche de recrutement pour ArcelorMittal », confirme Catherine Renaudin. En attendant, vingt-six ans après la fermeture du dernier centre d’apprentis de la sidérurgie à Florange, la création de Yutz est un petit événement. Il répondra en tout cas aux besoins du sidérurgiste dont les effectifs doivent fondre de 40 % d’ici 2012.

Source : Le républicain Lorrain

Recent Posts:

Due to the increasing number of orders, VSMPO has to purchase raw materials from Ukraine (US)

31-08-2010

Category : Actualités

(Fr)

L’augmentation inattendue des commandes de la part des principaux consommateurs de la production de la multinationale “VSMPO-AVISMA” a obligé cette dernière à chercher un fournisseur d’éponges de titane hors de Russie. Dans le premier trimestre de l’année 2010, le volume des achats de pièces estampées en titane par Boeing et Airbus a excédé de 10 % le chiffre prévu par la corporation russe.Le combinat de production de titane et de magnésium “Avisma”, qui a dû fournir cette année au groupement industriel métallurgique Verkhnesaldinsky 4,5 mille tonnes supplémentaires d’éponges de titane, n’était pas prêt pour mettre en place une telle révision de son programme industriel. Il ne pourra remplir qu’un tiers de ce volume. VSMPO devra acheter encore 1,8 mille tonnes d’éponges au Combinat de production de titane et de magnésium de Zaporozhsky.Comme les représentants de la compagnie l’ont communiqué à “RusBusinessNews” le plan commercial de 2011 prévoit une nouvelle augmentation des commandes de la part des constructeurs aéronautiques sur la production de VSPMO, ce dont témoigne en particulier le fructueux bilan issu de la participation de la corporation au salon de Farnborough. Pour cette raison, “Avisma” envisage de revenir à une production de 30000 tonnes d’éponges de titane par an. En outre, le combinat de Zaporozhsky sera prêt à augmenter le volume de livraison de sa production dans l’Oural.

(US)
The unexpected increase in the inflow of orders from major consumers of products manufactured by the VSMPO-Avisma Corporation has compelled the company to look for titanium sponge suppliers outside Russia. In the first quarter of 2010, Boeing and Airbus exceeded the purchase amount of titanium forgings by 10% as compared to the target level set by the Russian corporation.The Avisma titanium and magnesium integrated factory was not prepared for such amendments in the production program, which required additional supplies of titanium sponge amounting to 4.5 thousand tons to be delivered to the Verkhnaya Salda Metallurgical Production Association within the current year. The factory can assume responsibility only for one third of this amount. Another 1.8 thousand tons of sponge will be bought from the Zaporozhye titanium and magnesium integrated factory.The representatives of the corporation have informed “RusBusinessNews” that the 2011 Business Plan makes provision for the further growth of orders for VSMPO products from aircraft manufacturers whose increased interest was confirmed by the company’s successful participation in the Farnborough Airshow. Therefore, Avisma intends to go back to the previous output levels, producing 30 thousand tons of titanium sponge a year. In addition, the Zaporozhye factory agrees to increase supplies to the Urals.
Source : Rus Business News

Recent Posts:

Osaka Titanium To Resume Investment In Capacity Hikes (US)

30-08-2010

Category : Actualités

(Credit Photo @ Osaka Titanium)

OSAKA (Nikkei)–Osaka Titanium technologies Co. (5726) said Wednesday that it will unfreeze investment in its titanium sponge production facility at its Amagasaki plant in Hyogo Prefecture.The leading Japanese titanium producer had drawn up plans to invest a total of 35.5 billion yen and raise annual output capacity at the plant to 41,000 tons by October 2009. But it then suspended those plans that January, midway through the second phase of construction, because titanium demand plunged on the economic slump and delays in mass production of Boeing Co.’s 787 Dreamliner.Now that inventory adjustments around the globe have run their course and Boeing is expected to start churning out the aircraft, Osaka Titanium has decided to resume the 6.6 billion yen second phase and boost the plant’s annual output capacity 20% to 38,000 tons by April 2011. The company has yet to decide when to begin the third and final phase of construction.

Source : Nikkei

Recent Posts:

Corporation TECT extended the contract with VSMPO-Avisma for three years (US)

27-08-2010

Category : Actualités

tect-aerospace

(Credit Photo @ Corporation TECT)

(Fr)

Dans les trois prochaines années, la multinationale américaine TECT produira des ailettages pour moteurs d’avion uniquement en barres de titane produites par VSMPO-Avisma. Cet accord de coopération a été signé lors du salon Farnborough International Airshow 2010.Comme les représentants de VSMPO-Avisma l’ont indiqué à “RusBusinessNews”, le bilan du salon de l’aéronautique à Farnborough permet de prévoir une importante reprise des marchés de l’aviation et de construction de moteurs après la crise. Les partenaires sont prêts à examiner de nouveaux projets, et l’entreprise russe reçoit beaucoup de demandes sur l’intensification des volumes de livraisons.Selon l’assistant du Directeur général de VSMPO-AVISMA Oleg Leder, TECT était et reste pour l’entreprise ouralienne un des partenaires les plus importants. La production du partenaire américain est achetée par les principaux producteurs mondiaux de moteurs d’avion

(US)

During the next three years TECT, an American corporation, is going to manufacture blades for aircraft engines solely from titanium rods produced at VSMPO-Avisma. The corporation agreement was signed at the Farnborough International Airshow 2010. The VSMPO-Avisma representatives have told “RusBusinessNews” that the results of the air-show in Farnborough evidence the revival of the aviation and engine-building markets after the crisis. Partners are willing to discuss new projects; the Russian company is receiving numerous requests to increase amounts of delivery. According to Oleg Leder, General Director of VSMPO-Avisma, TECT has always been the most important partner for the Ural corporation. The products manufactured by the American partner are purchased by major world manufacturers of aircraft engines.

Source : Russian Business News

Recent Posts:

ArcelorMittal Isbergues : les syndicats inquiets de la possible scission des inox

27-08-2010

Category : Actualités

Le groupe ArcelorMittal étudie actuellement la possibilité de scinder son pôle inox du reste de ses activités (Credit Photo @ La Voix du Nord)

À Isbergues, l’un des principaux sites de production du pôle en question, l’information soulève de nouvelles inquiétudes.Dans l’usine, la nouvelle s’est répandue en milieu de semaine comme une traînée de poudre parmi les salariés, informés par courrier, et les syndicats, pour le moins surpris d’une telle annonce au creux de l’été. « S’il est trop tôt pour envisager les répercussions concrètes à Isbergues de cette scission, je ne partage pas l’enthousiasme du PDG des inox monde du groupe, Jean-Yves Gilet, qui estime que c’est une très bonne nouvelle, déclare Patrick Ramelot (CFDT), qui, comme les autres représentants syndicaux, tente désormais de décoder les tenants et aboutissants du projet.      Une scission, ça reviendrait à faire de la branche inox une entité à part entière, cotée en bourse, poursuit le secrétaire du CE. Même si Mittal promet de rester l’actionnaire majoritaire de la société, pour combien de temps le sera-t-il encore ? Etqui seront nos autres actionnaires ? Des concurrents ? Susceptibles de nous racheter si Mittal retire ses billes et de remettre à plat tous les acquis sociaux existants ? C’est sûr, nous les inox, on ne représente pas grand-chose dans le chiffre d’affaires du groupe, mais c’est tout de même 12 000 personnes, dont ceux d’Isbergues… ».      Son homologue de la CFE-CGC, Pascal Bequerelle, ne dit pas autre chose. Et même s’il souhaite attendre les prochaines réunions avec la direction générale pour affiner sa réflexion, l’intéressé a déjà échafaudé quelques scénarios.

« Isbergues sera en première ligne »

« S’allier à un concurrent, c’est prendre le risque de perdre le contrôle de la société et subir de nouvelles restructurations industrielles avec l’impact que ça pourrait avoir sur les volumes de production et donc l’emploi… Comme Gueugnon ou Charleroi, Isbergues sera en première ligne dans tous les cas. Je préfère imaginer une alliance avec des fournisseurs de matières premières ou des clients, ça nous assurerait des volumes de production minimaux, ça pourrait être intéressant… » Du côté de FO, Pierre Roussel s’interroge lui aussi sur l’opportunité de ce choix stratégique qui, il l’espère, « ne sera pas un pr éalable à une revente en morceaux. » Reste que l’annonce de la direction générale l’a laissé pantois. « On parle d’une réflexion au niveau du groupe et en même temps, tous les salariés et les syndicats sont informés. C’est bizarre, je ne comprends pas… Cela dit, les inox, c’est pas la priorité de Mittal, c’est clair. Jean-Yves Gilet a toutefois toujours été un grand défenseur de notre branche. J’ai confiance en lui. Je veux croire comme lui que ce sera une opportunité pour mieux fonctionner… » Un comité central d’entreprise prévu le 31 août devrait aider les représentants du personnel artésiens de sonder davantage les intentions des dirigeants.

Source : La Voix du Nord

Recent Posts:

VSMPO-Avisma Starts Delivering Medical Titanium to Japan

26-08-2010

Category : Actualités

Examples of titanium orthopedic implants

(Fr)

Les spécialistes japonais NIPPOROS Corporation commencent la réception de feuilles de titane et de dalles fabriquées par VSMPO-Avisma. L’entreprise ouralienne enverra au client deux tonnes de produits laminés plats en titane.Comme le service de presse de VSMPO-Avisma l’a indiqué à “RusBusinessNews”, l’alliage spécial pour matériel médical sera livré pour la première fois au Japon. Après son audit international en juin 2010, l’entreprise a décidé d’exporter sa production de titane au Japon, en Chine et en Europe. D’après l’évaluation d’Oleg Leder, assistant du Directeur général de la corporation en charge du marketing et de la distribution, en 2011 VSMPO-Avisma attend un boom sur sa production de titane utilisé pour ses applications dans le domaine médical.

(US)

The Japanese NIPPOROS Corporation starts receiving titanium sheets and slabs manufactured by VSMPO-Avisma. The Ural company is going to deliver 2 tons of flat-rolled titanium products to the customer.The VSMPO-Avisma Press-Service has informed “RusBusinessNews” that Japan will receive the first-time delivery of special medical alloy. After the international audit performed in June 2010, the company plans to export the titanium produce to Japan, China and Europe. Oleg Leder, Deputy General Director in Marketing and Sales reckons that in 2011 VSMPO-Avisma will encounter an upswing in demand for titanium suitable for medical applications.

Source : Rus Business News

Recent Posts:

Lifting pour la toiture de l’aciérie du Creusot

26-08-2010

Category : Actualités

Les travaux de la rénovation de la toiture de l’aciérie du Creusot (Credit Photo @ Creusot Infos).

Avec les besoins sans cesse croissants en métal, en poches d’aciers et en lingots, l’aciérie du Creusot est peu de jours dans l’année en inactivité. L’été 2009 avait marqué le lancement du grand chantier de sa première extension, qui avait été inaugurée le 1er février dernier.Cet été 2010 et la période d’inactivité ont été mis à profit par Industeel groupe ArcelorMittal pour offir un lifting adéquat à la toiture de la partie historique de l’aciérie, sous les fours. Avec le temps, la toiture s’était dégradée. Elle sera quasiment neuve, ou plutôt remise à niveau, pour affronter le prochain hiver… Et c’est un des grands travaux du Creusot en cet été 2010.

Source : Creusot-Infos

Recent Posts:

Ogeu : huit licenciements à la fonderie de PCC France

24-08-2010

Category : Actualités

pcc-france
La fonderie de précision PCC France à Ogeu compte près de 350 salaiés, dont un peu plus de 70 hors production (Credit Photo @ La République des Pyrénées)

Les licenciements de trois cadres et cinq personnels administratifs ont été confirmés par la direction lors d’une réunion exceptionnelle du CE, le 22 juillet dernier.À la veille des congés d’été, les salariés de la fonderie de précision de PCC France à Ogeu-les-Bains sont « dépités ». C’est le sentiment qui domine a indiqué hier Sébastien Breton, délégué syndical du personnel CGT, après la confirmation, lors du comité d’entreprise exceptionnel du 22 juillet, par Xavier Ceyracq, gérant de l’entreprise, de huit licenciements : trois cadres et cinq personnels administratifs.Ce plan de licenciements avait été annoncé le 1er juin dernier, faisant « l’effet d’une bombe, alors même qu’un frémissement de reprise s’amorce dans l’aéronautique ! » selon les syndicats pour qui l’argument économique avancé par la direction ne tient pas. C’est également ce que feraient ressortir les conclusions du cabinet d’expertise comptable Secafi qui « soulignent les bons résultats obtenus sur l’année fiscale 2010 et qui confirment que des licenciements pour motif économique ne se justifient pas. »

« Un impact insignifiant »

« Pour les syndicats, dès que l’on fait un euro de bénéfices, il ne faut pas licencier. Mais notre structure est faite pour fonctionner à 60 millions d’euros de chiffre d’affaires (son niveau d’avant crise, N.D.L.R.), pas à 45 ni même à 50 ou 55 !» réagit Xavier Ceyracq, gérant de PCC France à Ogeu. «Je gère une entreprise à échéance de 3, 5 ans, voire plus, pas à court terme. » C’est ce qu’il oppose aux syndicats qui lui reprochent de n’avoir pas suffisamment considéré les solutions proposées pour éviter les licenciements. Des solutions (gel des salaires au moins jusqu’en 2012 par exemple) jugées pas assez pérennes.Quoi qu’il en soit, selon les syndicats, la suppression de ces huit postes a un impact « insignifiant sur les résultats de PCC France, et plus encore sur ceux de la Division et du groupe. »Xavier Ceyracq maintient, lui, que c’est une nécessité économique qui l’a obligé à opérer ces licenciements et que l’économie réalisée par cet allègement de personnels dans les services représente 400 000 à 500 000 euros par an.

Des marchés arrêtés

« Cela fait dix-huit mois, voire plus que l’on dit qu’il y a des problèmes dans les services. S’il y avait eu des perspectives de forte remontée pérenne, à courts termes, on aurait géré autrement (…) Autant en production, grâce aux allégements de personnel déjà réalisés (départs volontaires) et la mise en place du chômage partiel, on parvient à tenir le cap.Mais dans les services, on se retrouve avec une structure disproportionnée par rapport à l’activité, qui grève considérablement les budgets. » Xavier Ceyracq fait valoir qu’en deux ans, PCC France a perdu 30 % de chiffre d’affaires et que, à cause de la flambée des cours du pétrole, des marchés se sont arrêtés (A 340, 500, 600) sans que d’autres ne prennent le relais. « Certes, il y a une reprise, mais elle est très légère », concède Xavier Ceyracq qui affirme prendre cette décision « difficile » afin de mettre l’entreprise « en situation de décrocher de nouveaux marchés (…) Si l’on attend de perdre de l’argent, il sera trop tard. Et là, ce ne seront plus huit personnes, mais 350 qui seront sur le carreau. »

Source : La République des Pyrénées

Recent Posts:

Jean-Yves Gilet (Arcelor) à la tête du FSI

24-08-2010

Category : Actualités

Le responsable de la branche acier inoxydable du groupe sidérurgique succédera en septembre à Gilles Michel.

Le ministère de l’Economie a annoncé, mardi 3 août, la nomination de Jean-Yves Gilet, responsable de la branche acier inoxydable d’ArcelorMittal, comme directeur général du Fonds stratégique d’investissement (FSI) en remplacement de Gilles Michel. Agé de 54 ans, le nouveau dirigeant, “industriel expérimenté familier du secteur public” selon la ministre de l’Economie Christine Lagarde, prendra ses fonctions en septembre.

Vallourec, Carbone Lorraine, Nexans, Cegedim…

Lancé en décembre 2008 pour soutenir le financement des PME innovantes et défendre les entreprises françaises jugées stratégiques, le FSI est détenu à 51% par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), l’Etat français possédant le solde, et a notamment acquis des participations dans Vallourec, Carbone Lorraine, Nexans, Cegedim, CGG Veritas ou encore Technip.Diplômé de l’Ecole polytechnique et ingénieur au Corps des Mines, Jean-Yves Gilet a commencé sa carrière en 1981 au ministère de l’Industrie comme adjoint au directeur de la direction interdépartementale de l’industrie de la région Picardie. En 1988, il est nommé directeur du cabinet de Jacques Chérèque, à l’époque ministre de l’Aménagement du territoire et des reconversions, avant de rejoindre le groupe Usinor en 1990, dont il a été membre du comité exécutif de 1999 à 2002. Au sein d’Arcelor, né de la fusion en 2002 d’Aceralia, d’Arbed et d’Usinor, il devient directeur général, chargé de la direction du secteur des aciers inoxydables.

Source : Challenges

Recent Posts:

Akers Fraisses vend son savoir-faire et son carnet d’adresses à l’italien Presezzi

23-08-2010

Category : Actualités

akers
L’italien Presezzi rachète le savoir-faire et le carnet clients; aucune activité ne sera conservée sur le site (Credit Photo @ Le Progrès)

Akers à Fraisses, c’est fini, les dernières chances de maintenir sur le site Holtzer une activité industrielle, même très réduite, ont été laminées au mois de juillet. Après avoir cherché, en vain, pendant plusieurs semaines un éventuel repreneur qui aurait conservé sur place l’activité «coulée continue» et aluminium, ce qui aurait permis à 15 ou 20 ouvriers de continuer de travailler ici, Akers a pris la décision de vendre son savoir-faire et son carnet d’adresses à l’entreprise italienne Bruno Presezzi (siège social à Milan), le principal concurrent de l’entreprise suédoise. Cette nouvelle signifie que Fraisses (et Unieux, l’entreprise étant à cheval sur les deux communes) peuvent faire le deuil de la pérennité d’une activité industrielle sur le site. Les machines, quant à elles, vont être démontées pour équiper les autres sites Akers, comme Thionville, ou être vendues à d’autres entreprises comme Eiffel à Montbrison. Comment fait-on pour vendre du savoir-faire ? Presezzi, confie Laurent Dousselin, plan manager, était intéressé par, non pas un brevet, mais une nouvelle «nuance» en cours de mise au point par Akers sur les frettes (une sorte d’anneau autour du cylindre lui-même) baptisée ASG2. «La nuance MO22, dit Laurent Dousselin (reprise également par Presezzi) était développée depuis lontemps et largement copiée». Aucun des deux n’était breveté. Mais la vente à la concurrence «est une déception» reconnaît le dirigeant.«Notre pire crainte s’est réalisée dit David Berthaud (CFDT), rayer Fraisses et vendre le fleuron à la concurrence. On ne nous a même pas laissé la chance de monter une SCOP ou de maintenir une activité. Ils ont tiré la converture à eux pour mieux se border. Ce qu’on ne mesure pas derrière, c’est tous ces emplois indirects qui vont disparaître».Savoir-faire et carnet clients vendus, machines vendues ou démontées, reste les hommes. 58 sont déjà partis, une soixantaine seraient à l’effectif, l’activité continuant jusqu’au 29 octobre en théorie, pour honorer le carnet de commandes. En août, l’entreprise ferme trois semaines pour démonter une machine.L’annonce de la fermeture du site fort de 120 salariés, le 3 novembre 2009, qui fabrique des cylindres de laminoir de plusieurs tonnes, avait débouché sur une réaction expéditive des salariés qui avaient séquestré leurs quatre patrons, fin janvier sur le site, dont le DG et le DRH nationaux pendant 36 heures. Les salariés avaient obtenu les indemnités de licenciement qu’ils réclamaient. Le lendemain, les salariés grévistes s’étaient engagés à remettre les locaux en état et à reprendre le travail. Prévue d’abord fin mai, la fermeture définitive des ateliers a été sans cesse repoussée.

Source :  Serge Spadiliero – Le Progrés

Recent Posts:

ThyssenKrupp AG says no decision yet on stainless melt shop schedule (US)

29-07-2010

Category : Actualités

thyssenkrupp-ag-converter-v2

One of the three argon oxygenated decarburization converters is loaded onto a transport at the river terminal Monday, July 26, 2010 at the construction site of the ThyssenKrupp AG steel mill in Calvert, Ala. The converters will be used in the melt shop at ThyssenKrupp’s stainless unit (Credit Photo @

CALVERT, Alabama — Some equipment’s here, but that doesn’t mean ThyssenKrupp AG’s stainless steel melt shop has returned to the front burner.That was the word Monday, as ThyssenKrupp Stainless USA unloaded hulking components that would be used to refine molten steel.The roughly $300 million part of the stainless plant, which would take scrap and turn it into new steel, was delayed last year as Germany’s largest steelmaker put off capital spending amid trouble in the broader economy and ThyssenKrupp’s own finances.Officials said Monday that corporate management in Essen, Germany, still hasn’t made a decision on when construction of the melt shop will ramp up. Three argon oxygenated decarburization converters, each with a bowl and a lid weighing a total of 120 metric tons, arrived at ThyssenKrupp’s Tombigbee River barge dock Monday, after being transferred to barges in Mobile last week. There, a special crane lifted pieces one at a time onto a self-propelled trailer that specializes in moving heavy loads. The load was moved up the river bluff to a storage yard.The bowl alone weighs 75 metric tons, or 165,000 pounds. “This is one of the largest pieces,” of melt shop equipment, said Guido Stebner, the director of the melt shop.Steel will be poured into a converter after being melted in an electric arc furnace, reaching temperatures over 3,000 degrees. Oxygen and argon will be blown through holes into the bowl to reduce the carbon content of the steel. Nickel and other metals will be added through the hole in the top. Then an arm will tip the converter over, pouring molten steel out the top.ThyssenKrupp will use one converter for a week at a time, then spend a week repairing the heat-proof lining and a week preheating it. Thus there are three converters, so the company will have one in use at all times.The converters were ordered from a Siemens VAI plant in China before the melt shop was put on hold.”This was in fabrication before we had the rescheduling discussions, so we decided to finish it,” Stebner said.He said that the 11-person melt shop team continues to work on engineering to smooth the path for activity to resume.”The engineering is not on hold,” Stebner said. “We’re doing quite a lot of work to make the restart as easy as possible.”Some other advance work has also continued. Praxair Inc. has completed an air separation plant to supply the melt shop with industrial gases.ThyssenKrupp has said startup, originally set for this year, might be as distant as late 2014. That means that when the stainless unit begins processing steel this fall, it will be using raw product made in Europe.The company has continued to do foundation work for the melt shop, and local managers have said they’re hopeful the company’s board will approve a 2013 startup. That would mean construction would have to begin next year.

Recent Posts:

Seco/Warwick S.A. to Supply Vacuum Furnace for Kuznia Polska S. A. for Quenching andTempering Tool Steel (US)

28-07-2010

Category : Actualités

seco-warick

KuŸnia Polska S.A. has purchased a 10 Bar high pressure quench vacuum furnace to be used for the heat treatment of hot work tool steels (H13, etc), cold work tool steels (D2, etc) and HSLA steels. The furnace will have a hot zone area of 900x800x1200mm with a hearth loading capacity of 1200kg. The furnace is equipped with 10 bar gas cooling system [HPGQ], convection heating, and isothermal cooling. SECO/WARWICK’s unique isothermic cooling and automated control system provides a precise heat/cooling profile for optimum uniformity and distortion control. The equipment meets the GM H-13 test specifications, exceeding NADCA recommendations for cooling.

About KuŸnia Polska S.A.
KuŸnia Polska S.A. produces high quality forgings for the automotive, mining, railway and engineering industry.

About the SECO/WARWICK Vacuum Team
The Vacuum Team offers vacuum heat treating furnaces for hardening, tempering, annealing, solution heat treating, brazing, sintering, carburizing, carbonitriding, high vacuum, CVD-graphitizing and degassing. SECO/WARWICK has built some of the largest and technically advanced vacuum furnaces in operation today, developing advanced technologies like Universal HPQ(TM) (High Pressure Quench), PreNit® & FineCarb® LPC vacuum carburizing, fully automated control systems and modeling software. Vacuum furnace configurations are available for vertical, horizontal and elevator style furnaces. Both cylindrical and rectangular hot zones with metallic or graphite heating elements are available for both new and used equipment. SECO/WARWICK S.A. and Retech Systems LLC provide vacuum metallurgical equipment including induction (VIM), arc (VAR), electron beam (EB) and plasma (PAM) furnaces – dedicated for melting and refining processes of specialty metals.SECO/WARWICK Worldwide provides industrial metal heat treatment furnaces used in a variety of processes for material finishing and component manufacturing applications. We supply furnaces to customers involved with steel and aluminum production, aluminum recycling, forging, automotive, aerospace, commercial heat treating, HVAC/R, electronics, wind energy, medical equipment and nuclear industries. The globally integrated organization includes SECO/WARWICK S.A. (Poland), SECO/WARWICK Corp. (USA), Retech Systems LLC (USA), ELTERMA S.A. (Poland), SECO WARWICK Allied Pvt. Ltd. (India) and SECO/WARWICK Industrial Furnace Co. Ltd. (China). The company is an industry leader in industrial heat processing equipment and processes.

Source: Thomas Net

Recent Posts:

Japan’s Kobe Steel completes new 10,000 mt forging press (US)

27-07-2010

Category : Actualités

kobe-steel-press-4000

Kobe Steel, 4000, 4-Column 3-cylinder oil hydraulic pull-down forging press

TOKYO (July 26, 2010) – Kobe Steel, Ltd. announces that it has completed the construction of a 10,000-metric-ton forging press line at its Takasago Works in Hyogo Prefecture in western Japan.Kobe Steel invested about 22 billion yen to enlarge the Forging Section’s South Plant to house an entire production line. In addition to the new press, a manipulator, heating furnace, heat treatment furnace, crane and other equipment were installed. Construction of the press, which strengthens the competitiveness of the company’s Steel Casting and Forging Division, began in April 2008.A completion ceremony was held this morning attended by approximately 120 people, including officials from the city of Takasago and Hyogo Prefecture, as well as those involved in the construction.The new press is designed to produce large and long steel forgings at some of the world’s highest speeds and with high precision. As one of the world’s top-class forging presses, the new press has the capability to manufacture nearly all varieties of large forged products for ships. With the completion of the new press, Kobe Steel currently has a total of three free-forging presses. Forged products for ships will be manufactured mainly by the new press and the existing 4,000-metric-ton press. Ultra-large forgings that require higher forging capacity will be made by the 13,000-metric-ton press. The three presses enable Kobe Steel to achieve an optimum production system that can make forged products of numerous sizes.Kobe Steel’s steel casting and forging business has been a core business of the company for over 100 years. The new press is the biggest capital investment since the 13,000-metric-ton press was installed in 1975.With the start-up of the new press, Kobe Steel will be able to supply higher quality steel cast and forged products. At the same time, the new press further strengthens the foundation of the steel casting and forging business and enables the Division to better respond to market demand in the future.

Source : Kobe Steel

Recent Posts:

AREVA’s Reactor Vessel Closure Head Delivery To Diablo Canyon nuclear power plant (US)

27-07-2010

Category : Actualités, Strategy

babcok-reactor-vessel-areva

Typical Babcok and Wilcox reactor vessel ( credit Photo @ Nuclear Street)

July, 21, 2010. According to a report in the San Luis Obispo Tribune, the Diablo Canyon nuclear power plant is scheduled to receive shipment of a new, 70-ton reactor head in the next few days.The head, which is being shipped from Mt. Vernon, Indiana, is 185 feet in length, 17 feet in diameter and 8 feet tall. A reactor head is a solid steel, dome-shaped cap that sits atop the reactor vessel and maintains pressure within the reactor. The replacement reactor heads are of a new design that is intended to ease maintenance.The reactor head will be installed on the plant’s unit two during a refueling shutdown this fall.  The reactor vessel head on Diablo Canyon’s other unit will be replaced during a refueling outage next year.While the reactor vessel heads are being replaced as a safety precaution,  the vessel heads at Diablo Canyon have been inspected during past outages and have never been found to be corroded.Richard E. Reimels, President of B&W NPG. “For many years, the manufacturing of heavy vessels for the nuclear industry has been done outside of the United States. B&W is leading heavy commercial nuclear manufacturing in the United States and is helping to keep manufacturing jobs in our nation. We appreciate AREVA NP’s confidence for this job. We’re looking forward to finishing the second closure head in the first quarter of 2010, and taking on new projects after that.” B&W began precise cladding, welding, and machining work on the closure head after receiving the forged “blank” head from Japan Steel Works in October 2007. After adding the control rod drive housings, the complete assembly was placed in a protective cover and began its trip to the Diablo Canyon Power Plant. The closure heads are being provided to AREVA NP to replace the existing closure heads during a routine maintenance outage at the plant.

Source : Nuclear Street

Recent Posts:

New 100-MN Open-Die Press at Fomas (US)

26-07-2010

Category : Actualités

fomas-open-die-forging

(Credit Photo @ Forging Magazine)

Fomas S.p.A., a producer of open-die forgings and rolled rings, with plants in China, France, India, and Italy, has plans to install a new 100-MN open-die press at its headquarters plant in Osnago, Italy. The press is one element of a 100-million Euros development program conceived to increase Fomas’ production capability for power-generation products, and the turnkey contract was assigned to Danieli Breda. Fomas is Italy’s largest custom forger, manufacturing steel and nonferrous products for power generation, oil and gas, industrial bearings and power transmission markets Danieli Breda (www.danielicorp.com) will manufacture,install, and commission the new open-die press. Fomas will produce about 1,700 tons of high-integrity structural forgings for the new machine. The open-die press is described as a push-down design with fou r pre-stressed columns, and the contractor also will supply the oil-hydraulic package and electrical and automation systems. The latter will include integration with a 120-t, rail-bound manipulator. Three main cylinders acting simultaneously, with a plunger installed in the top fixed crosshead, will develop the press’s forging force. The press will have two different stages of pressure: 305 bar during normal operation, and 340 bar during upsetting. Pressure will be transmitted from the plunger to the bottom crosshead through a pressure rod with spherical caps fitted to both rod ends. Forging stresses will be distributed on the structure by four pre-tensioned case boxes, made of three, large, hollow-forged pieces. The structure design is guaranteed for an eccentric load of 700 mm at full force, with a maximum frequency of 15 strokes per minute. The mechanical structure will have an overall height of 13.5 m, a depth of 6.5 m, vertical daylight of 5.2 m, and horizontal daylight of 5 m. In operation, the new press will be able to process ingots up to 165 tons. It will start up in late 2010, according to Danieli Breda.

Source : Forging July/August 2009

Recent Posts:

Anand Mahindra resigns as chairman of Mahindra Forgings (US)

23-07-2010

Category : Actualités

anand-mahindra

MUMBAI: Mahindra Forgings today said that Anand Mahindra has resigned as its Chairman and Hemant Luthra has been elevated to the post of Non-Executive Chairman.Luthra is presently a Director of the company. “Under Hemant’s stewardship, Mahindra Forgings has emerged as one of the world’s top forging companies with a global roster of clients,” Mahindra Group’s Vice-Chairman and Managing Director, Anand Mahindra, said in a statement.”Mahindra has always prided itself on being a professionally-run company with managers who are fully empowered to steer their businesses as they see fit. Hemant’s appointment is one more example of this tradition of professionalism,”Mahindra said.Subsequent to Luthra’s apointment, Anand Mahindra has resigned as Chairman of Mahindra Forgings, the statement said.Mahindra Forgings’ India unit (MFL) is one of India’s leading forging companies with an installed capacity of 90,000-metric tonnes and holds a leadership position in crankshafts and stub axles manufacturing in the country.

Source: Business Rediff

Recent Posts:

RTI International Metals Inc modifies long-term titanium components supply deals with Airbus (US)

22-07-2010

Category : Actualités

rtii-nternational-metals

Titanium mill products supplier RTI International Metals Inc (NYSE: RTI | PowerRating) said on Tuesday that it has modified its long-term agreement with Airbus to allow more flexibility in the near-term for the supply of the former’s titanium mill products.Under the modification agreement, Airbus has placed orders for more titanium mill product volume for 2010 than was anticipated at the start of the year.This near-term flexibility will generate in excess of USD1.0bn in revenue through 2020 to RTI International Metals Inc.In addition, RTI will fabricate critical structural titanium components for the A350 and A320 aircrafts, including the manufacture of seat tracks for the A350 and flap tracks for the A320 for ten and five years, respectively, under two agreements commencing in 2011.These two fabrication agreements are also expected to generate in excess of USD150m of revenue for titanium parts through 2020 to RTI International Metals Inc.

Source :  Trading Markets

Recent Posts:

BAE Systems gets U.S. artillery order (US)

21-07-2010

Category : Actualités

bae-systems-004

Hattiesburg’s BAE Systems announced Monday it has received an order for 93 M777 howitzers – military artillery that is currently used in combat in Afghanistan.Benson St. Louis, general manager of the Hattiesburg facility, said workers will start on the order in 2012.The Hattiesburg facility has 80 employees and has been open since 2003.”This order is a plus for us and it’s our continued contribution to the community,” St. Louis said.To date, the company has received orders for 955 systems and the overall program value to around $1.8 billion, according to a prepared release.St. Louis said he didn’t know the cost of this contract. To date, BAE Hattiesburg has delivered 698 guns.The U.S. is buying 58 guns for the Army and Marine Corps while Australia is acquiring 35 through the U.S. Foreign Military Sales(FMS) program. The order makes Australia the third customer for the system after the U.S. and Canada.BAE Systems also recently agreed to provide an $18 million support package for M777 directly with Canada, which is procuring 37 guns via FMS. The contract covers the supply of spares and engineering support.The M777 is the first artillery weapon to make widespread use of titanium and aluminum alloys, resulting in a howitzer which is half the weight of conventional 155mm systems.”With the team’s support and continued drive for success, we will soon exceed total orders of 1,000 guns, a phenomenal achievement and one of which every employee should be very proud,” said Ian McMillan, BAE Systems Artillery director.The Hattiesburg facility is responsible for final integration and test of the weapon system. The prime contract management of the M777 program and manufacture and assembly of the complex titanium structures and associated recoil components are undertaken at Barrow-in-Furness in the United Kingdom.”All the parts and castings and large component parts are put into the M777 and it’s ready to shoot when it leaves Hattiesburg,” St. Louis said.

Source : Hattiesburg Americain

Recent Posts:

Firth Rixson Limited, Pratt & Whitney Sign LTA for Commercial & Military Ring Requirements

20-07-2010

Category : Actualités

1500-tonne-piercing-press-firth-rixson-forgings

1500 Tonne Piercing Press – Firth Rixson Forgings (Credit Photo @ Inspec Solutions)

SHEFFIELD, England, and EAST HARTFORD, Conn., July 19, 2010 -Firth Rixson Limited today announced that it has signed a new long-term agreement to supply Pratt & Whitney with the predominate share of its seamless ring forging requirements, spanning the entire line of P&W commercial and military engines. The new contract terms run through December 2015.”With this agreement, Firth Rixson once again continues to strengthen its position as the leading supplier of forged rings to the aerospace industry,” said David Mortimer, CEO of Firth Rixson. “We are especially pleased to extend our participation and strengthened role as a strategic supplier to United Technologies in support of its many aerospace offerings.”Firth Rixson Limited (www.firthrixson.com) is owned by Oak Hill Capital Partners (www.oakhillcapital.com).

SOURCE  :Firth Rixson Limited

Recent Posts:

New jobs announced at South Yorkshire Corus steel sites (US)

20-07-2010

Category : Actualités

corus-006

The majority of the new staff will work at the Stocksbridge plant (Credit Photo @ Geograph)

Steel giant Corus has announced it is taking on 154 new staff at its plants in South Yorkshire.The company is recruiting 21 trainees and 133 new workers in steel-rolling and steel manufacturing operations in Stocksbridge and Rotherham.The drive is the second by Corus in four months and the first time it has recruited trainees since the downturn.It comes a year after a slump in demand forced the company to cut 2,000 jobs at its sites across the UK.In March Corus recruited 160 new staff in Stocksbridge and Rotherham after seeing improvements in trading conditions.Peter Hogg, speciality steels general manager, said the firm needed to train new people now to ensure it did not have a “skills shortage” in the future, and the recruitment of apprentices and graduates was an “investment in the future of the business”.He said: “Just over a year ago I was explaining to people why the business was having to make painful restructuring.”At the lowest point, our orders had shrunk to about a quarter of where they were.”Since then we have been refocusing the business on supplying specialist steel products to the world’s most demanding markets, like aerospace and energy exploration and generation.”Now we are in a position where we are recovering so we can strengthen the business.”When the latest recruitment drive is completed, Corus will employ about 2,250 people at the Stocksbridge and Rotherham plants and its Rotherham technology centre.

Source : BBC

Recent Posts:

Doosan, GE to co-develop nuke power turbines (US)

19-07-2010

Category : Actualités

ge-steam-turbine

Steam turbine rotor assembly at the GE plant.

SEOUL – Doosan Heavy Industries & Construction Co., South Korea’s leading power equipment maker has agreed with General Electric (GE) to jointly develop next-generation turbines for nuclear power generation, Yonhap News reported on Sunday.Under the agreement, Doosan and the U.S.-based multinational will join hands to develop 1,560-megawatt steam turbine generators to be installed in South Korea’s next-generation nuclear reactor known as APR+, Yonhap quoted Doosan’s Vice President Suh Dong-soo as saying.The two companies aim to finish the development of related technology by 2012 and begin commercial production starting around 2015.The agreement, which combines Doosan’s 30 years of experience with GE’s top-flight technology, will serve as a springboard for Doosan to move a step ahead of competitors in the development of next-generation power equipment,’ Suh Dong-soo said.Doosan and GE have been cooperating in the power generation field since 1973. The two companies recently won a contract from South Korea’s state power company to build 1,455-megawatt steam turbines for the country’s two nuclear reactors.

Source : Kahleej Times

Recent Posts:

Alliance entre Babcock & Wilcox et Bechtel pour construire de petites centrales nucléaire

16-07-2010

Category : Actualités

babcock-and-wilcox

(Credit Photo @Babcock & Wilcox)

NEW YORK – Les groupes américains Babcock & Wilcox Nuclear Energy et Bechtel ont annoncé mercredi une alliance pour le développement de petites centrales nucléaires modulaires, baptisée GenerationmPower.L’alliance prévoit que Bechtel aidera Babcok & Wilcox à obtenir les approbations nécessaires et mettre sur le marché ces centrales de 125 megawatts, en gestation depuis deux ans, présentées comme “une option propre plus pratique pour la production d’électricité” que les centrales géantes généralement associées au nucléaire.Il s’agit de réacteurs très petits: par comparaison, le dernier réacteur conçu par le groupe français Areva, l’EPR, de génération III+ comme le Generation mPower, a une puissance de plus de 1.650 megawatts.”Cette alliance vise à avancer le développement et le déploiement de l’énergie nucléaire de façon à la rendre plus accessible pour les compagnies d’électricité et plus abordable pour les consommateurs”, a souligné un responsable de Bechtel, Jack Futcher, cité dans un communiqué.Bechtel doit apporter à cette entreprise commune, dont il est prévu qu’elle créera des emplois aux Etats-Unis et au Canada, ses capacités d’ingénierie et de construction, complémentaires de l’expertise nucléaire de Babcock & Wilcox. “La première centrale pourrait être déployée dès 2020″, ont affirmé les deux groupes, “en fonction de l’approbation des autorités de régulation et d’autres facteurs”. Babcock & Wilcox, un groupe basé à Charlotte (Caroline du Nord, Sud-Est) est déjà présent dans la filière nucléaire, avec notamment une activité de traitement d’uranium.Bechtel pour sa part revendique une collaboration avec plus de 150 centrales nucléaires dans le monde, et notamment 85% du parc nucléaire américain.Cette alliance est annoncée alors que de plus en plus de fournisseurs d’électricité américains, à la recherche d’énergie propre, s’intéressent au nucléaire. La fragmentation du marché pourrait favoriser les projets d’ampleur comparativement modestes de Babcock & Wilcox et Bechtel, représentant des investissements moins lourds que les grosses installations d’Areva.

Source : AFP

Recent Posts:

Babcock & Wilcox and Bechtel Form Alliance to Commercialize World’s First Generation III++ SMR Nuclear Plant (US)

16-07-2010

Category : Actualités

babcock-and-wilcox-logo

(Credit Photo @ Babcock & Wilcox)

Babcock & Wilcox Nuclear Energy, Inc., (B&W NE) and Bechtel Power Corporation today announced they have entered into a formal alliance to design, license and deploy the world’s first commercially viable Generation III++ small modular nuclear power plant. Based on B&W mPower™ small modular reactor (SMR) technology, this new alliance, to be known as Generation mPower, brings together two recognized and established energy industry leaders in engineering, manufacturing and construction. Both Bechtel and B&W are making a substantial commitment in forming Generation mPower. B&W NE is a subsidiary of The Babcock & Wilcox Company. As a more practical clean energy option for power generation, the 125 megawatt B&W mPower SMR development program underway for the past two years has already gained wide recognition for its substantial electric utility involvement, cost competitiveness and innovative design. “This alliance is about two companies maintaining America’s historic leadership in the nuclear energy industry,” said Chris Mowry, president of B&W NE. “The formation of our Generation mPower alliance demonstrates a new level of commitment by American industry to address the growing challenge of climate change in an economical and practical way with small modular reactor technology. It brings together industry leaders in the areas of nuclear technology, manufacturing and construction. We believe that Generation mPower positions us to collectively deliver greater certainty in nuclear project cost and schedule, which are necessary to enable broader, more timely deployment of nuclear power.” “The formation of Generation mPower is a turning point in the nuclear power plant industry – it has the potential to be a real game changer,” said Jack Futcher, president of Bechtel’s power business. “This alliance intends to advance the development and deployment of nuclear power in a way that makes nuclear power more accessible to utilities and more affordable to consumers. Bechtel brings the plant engineering, procurement and construction capability to complement B&W’s expertise in nuclear engineering and manufacturing. Together, we have the resources, experience and expertise to deliver on the promise of a new clean energy option.” The alliance is expected to generate new jobs in engineering, manufacturing and utility operations in the United States and Canada. B&W will focus on designing and testing the nuclear steam supply system (NSSS) and nuclear island, including the design certification application development and submission, and NSSS production. Bechtel, backed by 60 years of experience in the nuclear power industry, will complement these responsibilities with integrated engineering and project management leadership.Depending on regulatory approval and other factors, the first plant could be deployed as early as 2020.

About B&W

The Babcock & Wilcox Company is a leading technology innovator with an operating history of more than 140 years. Through our power generation systems segment we design, engineer, manufacture, supply, construct and maintain power generation systems and environmental control systems, primarily for large utility and industrial customers, and we provide related aftermarket parts and services. Through our government operations segment we manufacture nuclear components and provide various services to the U.S. government, including uranium processing, environmental site restoration services, and facility management and operating services. Based in Charlotte, N.C., B&W employs approximately 13,000 people directly and approximately 10,000 more in various joint ventures with other companies. Learn more at www.babcock.com.

About Bechtel

Bechtel is one of the world’s premier engineering, construction, and project management companies. Since its founding in 1898, Bechtel has worked on more than 23,000 projects in 140 countries and all seven continents. Today, its 49,000 employees are teamed with customers, partners, and suppliers on hundreds of projects in nearly 50 countries. Bechtel has served the nuclear power market for over 60 years, has worked at more than 150 nuclear plants worldwide and has provided services to over 85% of the U.S. nuclear fleet. Today, Bechtel has more than 3,000 employees working on nuclear projects. For more information, visit www.bechtel.com.

Source : Finacial Post

Recent Posts:

M30NW, le superalliage d’Aubert & Duval séduit l’industrie horlogère suisse

16-07-2010

Category : Actualités

paul-gisimundo-responsable-du-tout-nouveau-centre-horloger-rue-dassier

Paul Gisimundo responsable du tout nouveau centre horloger rue Dassier (Credit Photo @ Blog Horloger.ch)

A ce niveau-là de dureté, supérieure au titane grade 5, il serait incongru de parler encore d’acier.La matière que vient d’identifier le team en charge des formations horlogères à l’IFAGE (Formation pour adultes, Genève), porte le nom de M30NW. De cet alliage, développé par Aubert & Duval, filiale auvergnate d’un groupe minier réputée pour ses solutions métallurgiques innovantes, est née une montre école étonnante, lancée au salon international EPHJ-EPMT. Un symbole du degré de compétitivité de l’institution dans ses trois métiers fétiches, l’usinage, l’horlogerie et le polissage. Car travailler le M30NW, à l’origine réservé aux implants médicaux, relève du défi. Matériau austénitique contenant du Niobium et du Tungstène, inoxydable et réfractaire à toute corrosion tout en conservant ses propriétés mécaniques, il est de surcroît amagnétique. Autrement dit, il sera possible de passer un IRM en gardant sa montre! Pas tout à fait, puisqu’elle sera habitée par un mouvement ETA 6497 classique. «Nos élèves feront la carrure, la couronne, le bracelet et le fermoir qui réservera une belle surprise d’ingéniosité», assure Paul Gisimundo responsable du tout nouveau centre horloger rue Dassier.

Source : Blog Horloger.ch

Recent Posts:

La Finlande va se doter de deux nouveaux réacteurs nucléaires

13-07-2010

Category : Actualités

epr-finland

HELSINKI — Le Parlement finlandais a autorisé jeudi la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires réclamés par le gouvernement pour lutter contre le changement climatique et développer l’économie, mais dénoncés par les défenseurs de l’environnement.La nouvelle Première ministre Mari Kiviniemi s’est félicitée de ce vote qui va lui permettre d’augmenter la production d’énergie nucléaire du pays.C’est l’une des plus importantes décisions de mon gouvernement parce que cela va vraiment améliorer la compétitivité de la Finlande, créer de nouveaux emplois et ainsi augmenter la croissance”, a-t-elle déclaré à l’AFP.TVO doit construire son quatrième réacteur sur le site d’Olkiluoto (sud-ouest), tandis que Fennovoima choisira courant 2011 où construire son premier, à Pyhäjoki ou Simo, dans le nord du pays.La construction de la centrale de Fennovoima doit “débuter en 2014 et elle devrait produire de l’électricité en 2020″, selon le PDG Tapio Saarenpää.Malgré le manque d’expérience de Fennovoima et les difficultés rencontrées par TVO dans la construction de son réacteur EPR de nouvelle génération Olkiluoto 3, le directeur général de l’Autorité finlandaise de sécurité nucléaire (Stuk), Jukka Laaksonen, se dit confiant.”Ce qui a été retenu d’Olkiluoto 3 a été transmis à Fennovoima, si bien qu’ils sont bien mieux préparés que TVO l’était pour Olkiluoto”, a-t-il assuré à l’AFP.Chaque projet a fait l’objet d’un vote non partisan des députés. Celui de Fennovoima a reçu 121 votes favorables, 71 défavorables et 2 abstentions, tandis que celui de TVO a reçu 120 oui, 72 non et 2 abstentions. Cinq députés étaient absents.La différence de vote entre les deux projets s’explique par le fait que certains députés étaient favorables à la construction d’un seul réacteur supplémentaire.Alors que des militants de Greenpeace manifestaient à l’intérieur et à l’extérieur du Parlement, les Verts ont tous voté contre les deux projets.”Je suis très déçue”, a commenté la ministre du Travail Anni Sinnemäki, qui dirige également les Verts. “Je pense vraiment qu’un résultat contraire (un non des députés aux deux projets, ndlr) aurait été une meilleure chose pour la Finlande”, a-t-elle ajouté.Mme Sinnemäki est d’autant plus déçue que, selon elle, la population finlandaise est généralement opposée au nucléaire. “Cela montre le fossé qu’il y a entre la population et les décideurs”, a-t-elle regretté.Greenpeace a souligné le “désastre économique” que constitue la décision du Parlement au moment où “le coût du réacteur actuellement en construction à Olkiluoto par le géant français du nucléaire Areva a doublé et continue d’augmenter”.Avant de devenir Première ministre, Mme Kiviniemi elle-même, qui est également la présidente du parti du Centre depuis le mois dernier, avait affiché son opposition au nucléaire.

Mais aujourd’hui, “nous sommes obligés d’atteindre un niveau de production de 38% d’énergie renouvelable. Nous luttons contre le réchauffement climatique et nous devons utiliser l’énergie nucléaire”, a-t-elle commenté à l’issue du vote.

“Nous devons considérer la politique énergétique dans son ensemble et non pas dans les détails”, a ajouté Mme Kiviniemi qui dirige le gouvernement depuis le 22 juin.

Le PDG de TVO, Jarmo Tanhua, a souligné que “la décision d’aujourd’hui (jeudi) était une étape importante dans le cadre de la vision de l’Union européenne d’une production énergétique neutre en CO2″.

La Finlande possède déjà quatre réacteurs nucléaires construits dans les années 1970. L’EPR en cours de construction à Olkiluoto par Areva et l’allemand Siemens, en plus d’avoir décuplé son budget, a pris beaucoup de retard.

Recent Posts:

Le Député de Saône-et-Loire invité par AREVA en Finlande

13-07-2010

Category : Actualités

finland-depute-saon-et-loire

Le Député de Saône-et-Loire a découvert la centrale nucléaire dotée d’un réacteur EPR dont les principaux éléments ont été fabriqués à la Forge du Creusot par le groupe AREVA. Dans une déclaration de presse, le Député évoque l’importance du développement de la filière nucléaire pour Le Creusot et pour Chalon-sur-Saône. Fervent défenseur du nucléraire civil français, en sa qualité de Vice-Président du groupe Energie à l’Assemblée Nationale, le Député de Saône-et-Loire Jean-Paul ANCIAUX s’est rendu en Finlande, en compagnie de Luc OURSEL, Directeur Général Adjoint en charge des Opérations du Nucléaire, afin de visiter le site d’Olkiluoto. Le 1er réacteur nucléaire de 3ème generation (III) du type EPR à grandes puissances electriques (1650 MWe/4500 MWthermique) conçu par Areva  est en cours de construction sur la presqu’ile d’Olkiluoto dans le sud-ouest de la Finlande.Cet EPR (European Pressurized Reactor) d’une puissance électrique (1650 MWe) est l’aboutissement éclatant du projet Franco-Allemand d’AREVA et Siemens qui améliore fortement la rentabilité économique et élève notablement le niveau de sécurité. Les quatre générateurs de vapeur et le pressuriseur ont été fabriqués à l’usine AREVA de Chalon-Saint Marcel, et certains éléments de circuits d’alimentation de la cuve, sous forme de viroles de gros diamètres, ont été forgé chez AREVA au Creusot. Ces composants ont été transportés par voie maritime en Finlande. Chaque générateur de vapeur mesure 24,15 mètres, pour un diamètre de 3,8 mètres et un poids atteignant 500 tonnes. Le pressuriseur pèse environ 150 tonnes.« Alors que les besoins mondiaux en énergie nucléaire augmentent fortement, cette construction procure à Areva une expérience sans égale sur le marché des réacteurs avancés.”A cette occasion, Jean-Paul ANCIAUX rappelle «que  l’engagement de tous, responsables industriels, politiques et partenaires sociaux, a permis le maintien du label Pôle Nucléraire de Bourgogne (PNB) qui pour l’avenir est un paramètre déterminant pour le développement de l’activité industrielle nucléaire. Si les commandes EDF dans le cadre du renouvellement du parc français se concrétisent comme nous le souhaitons tous, l’activité sur les deux sites du Creusot et de Chalon connaîtra encore de nouvelles évolutions positives. »

Source : Creusot-Loire

Recent Posts: