VSMPO's CEO: Timet, Aubert & Duval and Wyman-Gordon, our main competitors (Russian)VSMPO's CEO: Timet, Aubert & Duval and Wyman-Gordon,... " We estimate our Market share of about 30%. The main competitor is  TIMET, a number of Japanese and American manufacturers. From the point of view of "Smiths" - a French manufacturer stampings Aubert...

Readmore

Shale-gas revolution spurs wave of new U.S. steel plants (US)Shale-gas revolution spurs wave of new U.S. steel plants... An employee pours molten steel into a casting for a church bell at the Verdin Corp. production facility in Cincinnatti, Ohio, on Nov. 11, 2012. The U.S. shale-gas revolution, which has revitalized chemicals...

Readmore

IFA & Areva Sign MoU to Supply Forgings for UK EPR Reactors (US)IFA & Areva Sign MoU to Supply Forgings for UK EPR... In 2007,  Independent Forgings and Alloys (IFA) Ltd on Livesey Street, Sheffield,  purchased a £2million forging line in order to meet demand and continue the company’s rapid growth. South...

Readmore

IFA improves lifetime and performance of foundry furniture subjected to repetitive high temperatures (US)IFA improves lifetime and performance of foundry furniture... The redesigned pan casings made by Wallwork Cast Alloys for Independent Forgings are engineered to withstand many cycles of heating and cooling. Independent Forgings and Alloys, working with Wallwork...

Readmore

Alcoa Wins Long-Term Siemens Contract to Supply Blades and Vanes for Heavy-Duty Gas Turbine (US)Alcoa Wins Long-Term Siemens Contract to Supply Blades... On the photo (l to r): Ronald Schmidt, Head of Business Administration, Turbine Blades and Vanes, Fossil Products, Siemens; Andreas Fischer-Ludwig, Head of Turbine Blades and Vanes, Fossil Products,...

Readmore

twitter

India New Agni V Rocket : composite materials instead of maraging steel (US)

Category : Actualités

That new 3,500-km range missile successfully tested a new composite rocket motor, made of lightweight composite materials instead of the heavier “maraging steel” that earlier rocket motors were fabricated from.

The tension sharpened at the launch area at Wheeler Island on the Odisha coast this morning as the massive, 50-tonne, 17.5-metre-high Agni-5 missile was elevated into the vertical launch position, and the pre-launch checks began. The previous evening, exactly at this stage, lightning and thunder in the skies above had led to the launch being put off till morning.At 8.07 am the countdown went… 5… 4… 3… 2… 1… Now… and a giant ball of fire leapt out as the missile’s first stage ignited. As the Agni-5 rose smoothly off the launch pad, scientists checked off the health of Continue Reading

Recent Posts:

L’acier inoxydable duplex UGIGRIP® 4462 d’UGITECH au secours de la mosquée HASSEN II du Maroc (US)

Category : Art & Culture

La mosquée Hassen II de Casablanca (Maroc)

Inaugurée le 30 août 1993 après 7 ans de travaux, la mosquée Hassan II de Casablanca (Maroc) est la plus grande au monde après celle de la Mecque. Exceptionnelle par sa démesure et son luxe, elle a été construite d’après les plans de l’architecte français Michel Pinseau et édifiée par l’entreprise Bouygues. Depuis avril 2005, sur la base d’études menées par le bureau Ingema, d’importants travaux de rénovation et de confortement sont menés par le groupement d’entreprises marocaines Somagec-SGTM à l’abri d’un endiguement provisoire permettant la réalisation à sec de l’ensemble des travaux. De par son implantation empiétant sur l’océan atlantique, une partie des structures en contact direct avec l’environnement marin, a subit des dégradations d’importance variable, liées principalement à la corrosion des aciers d’armature des bétons. Compte tenu de l’importance de l’édifice, il avait été décidé de rechercher une durabilité de conception de 100 ans pour les travaux de réparation à réaliser. Le bureau Ingema a, dans ces conditions, recommandé l’emploi d’armatures en acier inoxydable associées à du béton à haute résistance à la pénétration des chlorures. En moins d’une quinzaine d’années, les conditions agressives de l’environnement marin ont eu raison des ouvrages en front de mer de la mosquée Hassan II de Casablanca (Maroc). Sous l’effet conjugué de la houle et de la salinité, les ions chlore ont pénétré dans les bétons jusqu’à atteindre et commencer à corroder les armatures en acier traditionnel entraînant des décollements important des bétons d’enrobage. Prévus sur une durée de 4 ans (avril 2005-août 2008), les travaux de réhabilitation des ouvrages exposés à la mer  de la mosquée ont été lancés en 4 phases successives : la mise en œuvre d’une digue étanche entourant la mosquée pour la réalisation à « sec » des travaux (5m sous les niveaux des plus hautes eaux) ; le confinement en béton d’une partie des vides sous la salle des prières; la démolition des ouvrages(dalles et piliers) ceinturant l’édifice (coté mer) et leur reconstruction à l’identique en béton à haute résistance à la pénétration des chlorures armé en acier inoxydables type  UGIGRIP® 4462 et béton haute performance.  . Ces dispositions répondent aux exigences d’une durée de vie de conception de 100 ans ayant nécessité 3 années d’études menées par le bureau Ingema. L’histoire du fer et des aciers s’est heurtée très tôt à un problème majeur de résistance à la corrosion qui n’a pu être résolu qu’en ajoutant une certaine quantité de chrome. Pour être classé dans la catégorie inoxydable, un acier doit contenir au moins 10,5% de chrome et moins de 1,2% de carbone. La grande famille des aciers inoxydables est composée de plus de 200 nuances. Elle fait parfois appel à d’autres éléments en fonction des propriétés recherchées comme le nickel, le molybdène, le cuivre, le titane.« Le chantier de réparation des ouvrages exposés à la mer de  la Mosquée Hassan II de Casablanca  représente pour nous la fourniture d’environ 1300 t d’acier coupé à longueur client suivant les plans et livré non pas au poids mais au nombre de pièces fournies », précise Bernard Demelin, Responsable Marketing, Ugitech S.A. « Combinaison réussie du fer et du chrome, l’intégration de l’inox dans les applications de la construction contribue à économiser énergie et ressources », souligne-t-il.  En effet, ce matériau offre une durée de vie plus grande et une résistance plus élevée pour les constructions et les structures, mais aussi moins d’entretien sur le long terme. Matériau « vert », l’inox est 100% recyclable et plus de 75% des matières utilisées pour produire ce dernier proviennent de produits recyclés. En outre, sa limite élastique supérieure de 25% par rapport à l’acier traditionnel, permet de réduire la section d’armature nécessaire « Comme tout chantier exceptionnel, nous avons rencontré quelques difficultés, notamment concernant la gestion de pièces et l’approvisionnement sur site », explique Bernard Demelin. « De plus, l’acier Duplex est une nuance très délicate nécessitant des outillages techniques très particulier  mais l’excellent partenariat entre les responsables du chantier et notre agent commercial au Maroc a permis d’avancer les travaux de manière satisfaisante ». Jusqu’à ce chantier, l’acier inoxydable généralement utilisé en bord de mer était le classique 316L. Etant donné l’importance du chantier, sa localisation, il a été préconisé l’emploi d’un acier inoxydable Duplex (austéno ferritique) présentant une tenue à la corrosion bien supérieure mais également d’un prix moindre compte tenu du coût actuel des matières premières (notamment du Nickel qui est moins utilisé dans cette nuance).Sa mise en œuvre est identique à celle de l’acier traditionnel moyennant tout de même une puissance machine de 25% supérieure du fait des très hautes caractéristiques mécaniques de ce produit. Pour information, les barres de 8 à 20 mm présentent une limite élastique de l’ordre de 850 N/mm2, celle de 25 et 32 mm de 650N/mm2.Le processus de fabrication a nécessité un flux logistique impressionnant. Elaboré à Ugine (73), les produits se dispersaient en différents points de Rhône Alpes pour subir des opérations diverses telles que crantage, décapage, comptage etc. 60 camions ont embarqué à Marseille pour rejoindre Casablanca.Tout le long de ce chantier, il était nécessaire de surveiller et d’adapter, d’une part le planning d’avancement du chantier, mais aussi les plannings de production de 6 entités distinctes depuis l’aciérie (35 coulées d’acier), jusqu’au conditionnement final en passant par des laminoirs et ateliers de décapage. Pas moins de 5000 ordres de fabrication ont été lancés pour mener à bien ce chantier.Comme dit précédemment, l’originalité pour Ugitech S.A. a été de « jouer le rôle » de l’armaturier en livrant le nombre exact de barres coupées à la longueur voulue et identifiées selon la nomenclature du chantier. Le challenge a été difficile mais relevé.a-t-il un avenir dans la construction en dehors des opérations exceptionnelles de ce type? Plusieurs éléments plaident en faveur de cette solution :

- L’inox dans le béton est la solution anti corrosion la plus ancienne connue dans le monde bien devant toutes les autres. Il suffit de regarder la tenue de la digue du Yucatan dans le golf du Mexique réalisée en 1937 et qui aujourd’hui n’a subi aucun dommage.
- C’est la solution pour laquelle il n’y a nul besoin de prévoir des opérations de maintenance et d’entretien.
- L’inox présente des propriétés d’isolation thermique bien utile aujourd’hui avec les nouvelles réglementations RT 2005.
- Ce matériau autorise des formes beaucoup plus légères (diminution substantielle de l’enrobage), il permet aussi les erreurs classiques rencontrées sur les chantiers et ce, sans conséquence préjudiciables.
- Les hautes caractéristiques mécaniques permettent d’optimiser le diamètre ou l’espacement des armatures, il est en outre adapté aux règles sismiques.
« Bien entendu, le prix d’achat semble dissuasif mais, utilisé à bon escient, en exploitant toutes ses caractéristiques, il est évident qu’il s’agit de la solution la plus économique en regardant un ouvrage sous l’angle « coût global » », renchérit Bernard Demelin.

Source :  France BTP

(US)

An architectural jewel

The Hassan II Mosque in Casablanca, Morocco, is one of the largest mosques in the world. Exceptional in its vastness and luxury, it was designed by the French architect Michel Pinseau and inaugurated in 1993 after seven years and 50 million hours of construction work by 35,000 workers and craftsmen. It has been built on reclaimed land, so that almost half of the surface of the mosque lies over the Atlantic Ocean. The mosque’s prayer room measures 200 x 100 m and can accommodate 25,000 worshippers. It has a movable, 60 m high, 3,400 m² large roof, which can be opened in five minutes through a rolling chain mechanism. Part of its floor is made of glass, so that worshippers can kneel directly over the sea. This feature was reportedly inspired by the Qur’an verse: “The throne of God was built on water.”The front square can host an additional 80,000 worshippers. The minaret, standing 210 m high, is the tallest in the world

A highly aggressive environment

The mosque extends over the Atlantic Ocean and is partially in direct contact with seawater. As waves beat against the concrete walls, saltwater migrated into the porous concrete. When it reached the carbon steel rebar inside, the rebar started to rust. As rust forms on the rebar, it expands and presses against the concrete from inside the structure, leading eventually to cracking and loosening of the concrete and further penetration of the saltwater into the structure. Only ten years after its inauguration, this part of the mosque had deteriorated badly because of the corrosion of the rebar.

A reconstruction aimed to last 100 years

To remedy the problem, a major restoration project was launched in April 2005. Given the building’s importance, the authorities specified that the repaired structure should last 100 years. Three years of testing, study and review went into the design developed to meet the challenge. To meet the longlife requirement, the designers recommended the use of moly-grade stainless steel rebar combined with a concrete highly resistant to chloride penetration. The rehabilitation work was performed in four phases over a four-year period:

· A watertight dike surrounding the mosque was first constructed to create a “dry” work site located 5 m below the highest water level.
· A portion of the voids under the prayer room was filled with concrete.
· Structural slabs and pillars surrounding the building on the ocean side were demolished.
· Identical replacements for these components were constructed using a high-performance concrete reinforced with 2205 duplex stainless steel (UNS S32205, EN 1.4462). This steel contains 3% molybdenum, which provides excellent resistance to corrosion in saltwater.

Source : IMOA

Recent Posts:

La corrosion des piliers de la salle de priére de la mosquée HASSEN II de Casablanca au Maroc (US)

Category : Les fiches de la métallurgie

The maritime environment had taken a toll on the mosque’s ocean-front portions, leading to deterioration of the pillars under the prayer room. (Credit Photo @ Ugitech).

10 ans après  son inauguration en 1994  les piliers de la salle de prière de la mosquée HASSEN II à Casbalanca au Maroc présentent des signes visibles de corrosion (voir la photo ci-dessus). Ces piliers  n’ont pas résisté à  la salinité de l’océan Atlantique et  à la houle des vagues . L’acier Duplex de type 2205 (EN 1.4462/UNS S32205)  devra permettre à cette édifice religieux de résister 100 ans de plus.


AA


Recent Posts: